La posture du Sphinx (Ardha Bhujangâsana)

Le Sphinx est une posture de flexion arrière est assez simple d’exécution et accessible à tous.

L’objectif de cette posture est de travailler le haut du dos au niveau des omoplates , la partie inférieure du corps reste passive. Cet âsana permet d’ouvrir la cage thoracique et ainsi d’augmenter sa capacité respiratoire.

Pour prendre la bonne posture il faudra à l’aide des avant-bras et des paumes de mains faire comme si vous « rampiez » de manière à laisser le nombril en contact sur le tapis. La traction exercée par les biceps permettra l’étirement de la colonne vertébrale et le placement des coudes juste sous les épaules de manière à former un angle droit avec le sol. Vous ferez rouler vos épaules ver l’arrière pour ouvrir votre thorax et conservez votre ceinture scapulaire bien horizontale.  Vos coudes doivent rester dans l’alignement de vos épaules. Votre cinquième chakra, Anahata va bénéficier de cette ouverture et va s’activer. La montée se fait à l’inspire en sollicitant les muscles dorsaux et non les bras. Durant tout le déroulement de la prise de posture les jambes resteront passives. Une fois installé.e. dans Ardha Bhujangâsana soit, en fin d’inspiration, on contracte uniquement le fessier en y ajoutant Mula Bandha que l’on relâchera en fin d’expiration.

Retenez que vous devez maintenir votre posture ouverte au niveau du thorax, coudes bien implantés au sol et vous regarder fièrement au loin, tel le sphinx qui se garde les pyramides de Gizeh en Égypte.

Conserver votre menton parallèle au sol pour maintenir la nuque longue.

Ce Sphinx est un demi-cobra moins exigeant, mais dont les bienfaits sont réels.  Sa pratique régulière permet de soulager les douleurs lombaires et de stimuler les reins et les glandes surrénales. L’ouverture de Anahata-chakra qui est le point de jonction des trois chakras inférieurs et supérieurs, permet de rétablir l’équilibre dans l’ensemble du corps. De retour à l’harmonie, vous pourrez alors recevoir et accueillir  les évènements de la vie avec sérénité et bienveillance.

Pour intensifier ses effets, il est judicieux d’amplifier les respirations  dites hautes (haut des poumons et sous les clavicules).

Isabelle Palhares professeur de Yoga agrée FIDHY, lignée Sivananda, issue de l’école deYoga André Van Lysebeth.

Tous droits réservés ©  mai 2020

Laisser un commentaire